Comparateur-mutuelle.site - Comparateur de Mutuelle TNS - Loi Madelin Gratuit



▼ VOS BESOINS ▼

Dépense annuel
en optique :
Soins dentaires :
Hospitalisation prévue cette année ?
Médecine non remboursée
(Osthéopatie, acupuncture...)
Dépassements d’honoraires ?

Les lois sociales définissent en tant que travailleur non salarié toute personne qui travaille à son compte sans dépendre d’un employeur. Il résulte que le régime d’assurance-maladie des travailleurs non salariés s’applique aux membres des professions libérales (à savoir notamment les architectes, les médecins, les avocats ou les dentistes), les commerçants, les gérants d’EURL, les artisans et les retraités qui continuent à travailler sans être salariés. Leur système d’assurance-maladie est géré par le Régime social des indépendants (sauf en ce qui concerne les agriculteurs qui bénéficient de la mutualité sociale agricole).

Si vous êtes assujetti à ce régime, vous avez certainement constaté que les prestations qu’il offre ne cessent de diminuer, comme c’est le cas de l’assurance-maladie des travailleurs salariés. Ainsi, si vous devez porter des verres correcteurs ou si vous avez dû vous faire faire une prothèse dentaire, vous avez pu voir à quel point ces soins sont mal remboursés. Vous avez peut-être aussi découvert que certains services pourtant indispensables dans certains cas ne bénéficient d’aucune prise en charge par le RSI.

Il est donc indispensable que vous souscriviez une mutuelle offrant des remboursements adaptés à vos besoins et à ceux de votre famille pour pouvoir bénéficier de soins médicaux, dentaires et éventuellement chirurgicaux satisfaisants. Une mutuelle destinée aux travailleurs indépendants vous permettra sans doute de ne pas devoir faire face à des dépenses pouvant être très lourdes, notamment dans les cas suivants

Cette loi autorise tout travailleur indépendant à déduire de son bénéfice imposable les cotisations qu’il verse à une mutuelle ou à une assurance complémentaire santé ayant le label prévu par ce texte. Il en résulte que les cotisations que vous payez pour votre assurance complémentaire santé vous donnent droit à un avantage fiscal important, surtout si vous êtes imposé dans les tranches supérieures. Elle s’applique à tout travailleur non salarié (y compris aux gérants de sociétés qui ne sont pas payés par des salaires) et aux autoentrepreneurs.

La première démarche à effectuer consiste à examiner les besoins de votre famille et à recouper ces besoins avec les remboursements offerts par votre régime de sécurité sociale ainsi que par votre mutuelle actuelle (si vous en avez une). Ensuite, il faut relever les insuffisances des prestations offertes par ces organismes. Pour effectuer cet examen, il est indispensable de bien connaître le niveau réel des remboursements en sachant que si celui-ci est exprimé en pourcentage par rapport au tarif de la sécurité sociale, il risque d’être très faible pour certains soins (notamment pour un implant dentaire ou pour des lunettes).

Il faut aussi envisager le risque d’hospitalisation et vous renseigner auprès des meilleures cliniques privées de votre région pour connaître les frais réels que devriez payer si l’un des membres de votre famille devait être soigné dans l’une d’elles. Ensuite, il faut comparer ces frais aux remboursements dont vous pourriez bénéficier. Si ceux-ci sont insuffisants, un changement de mutuelle s’impose.

Dans ce cas, il faut faire une comparaison de toutes les offres des mutuelles donnant droit à la déduction fiscale des cotisations dans le cadre de la loi Madelin. Par ailleurs, il est judicieux de prendre conseil auprès de votre médecin et de votre dentiste. Ceux-ci sauront peut-être vous indiquer quels sont les risques médicaux contre lesquels votre famille doit être protégée.

Après avoir recueilli l’avis des professionnels de santé auxquels vous faites confiance, il faut commencer par éliminer les organismes dont les prestations sont inadaptées à vos exigences. Par ailleurs, il ne faut pas oublier de prendre en compte les risques de blessures entraînées par vos loisirs ou par les sports que vous pratiquez. Il convient donc de vérifier les garanties dont vous pourriez bénéficier en cas de fracture ou d’immobilisation résultant d’un accident ou si vous vous retrouviez handicapé.

Pensez aussi au fait qu’il peut être intéressant d’être bien remboursé pour certains soins qui seraient mal pris en charge par le régime social des indépendants. Il s’agit par exemple du sevrage tabagique, des séances d’ostéopathie ou des consultations chez un acupuncteur (en effet, un sevrage tabagique vous évitera souvent de très graves ennuis de santé. En ce qui concerne, l’ostéopathie et l’acupuncture, elles sont très efficaces pour certaines douleurs chroniques, mais il faut souvent payer une cinquantaine d’euros pour une consultation).

Une fois que vous aurez minutieusement recensé l’ensemble des besoins de votre famille, lisez attentivement le contrat proposé par les différentes mutuelles. Si certains points vous semblent imprécis ou ambigus, contactez l’organisme pour demander des éclaircissements. Faites votre choix final en sélectionnant l’organisme dont l’offre répond le mieux à vos attentes et dont les tarifs sont les plus avantageux.

Enfin, si une mutuelle vous demande de compléter un questionnaire médical, il faut toujours répondre avec exactitude à toutes les questions pour ne pas vous exposer à un refus de prise en charge que toute réponse incomplète ou erronée pourrait entraîner.